J-8 avant le Jour-J : l’examen du NSCA  

Hello,

 
 

Nous voilà tout chaudement en Eté !

Bon vous me direz que cela laisse à désirer, je vous l’accorde.

Pour certains, c’est l’heure du départ vers des endroits tous plus sympas que les autres.

Pour les autres, on regarde le beau temps de son bureau 😉

 

NSCA
NSCA

 
 

De mon côté, la semaine prochaine, plus exactement samedi 6 juillet, sera un grand moment.

En effet, je vais passer l’examen du NSCA (National Strength and Conditioning Association).

Pour résumé en une phrase, il s’agit d’un diplôme de fitness américain, discutant de différents sujets tels que la biomécanique, physiologie, nutrition, les populations à risque…

Je travaille depuis un moment sur ce dernier, c’est pourquoi je me suis (enfin) décidé de passer à l’acte.

Ce diplôme me tient énormément à cœur pour de nombreuses raisons.

La première est de me prouver que lorsqu’on désire quelque chose, on l’obtient en se donnant les moyens.

Si vous suivez ce blog depuis un moment, vous vous êtes rendus compte que le message suivant «On obtient ce que l’on veut en se donnant les moyens, il faut simplement connaître son « Pourquoi » » est omniprésent.


 
C’est l’une de mes philosophies de la vie.

 

Rien ni personne peut vous stopper dés lors qu’on connaît notre « Pourquoi ». Je sais pourquoi je passe ce diplôme et je sais aussi qu’il ne constitue pas une fin en soi. C’est-à-dire qu’il fait parti d’un tout.

Si je vous écris ce message, c’est pour vous dire que quoique vous souhaitiez entreprendre, vous pouvez l’obtenir. Après tout, qui d’autres que nous-même peut dire que nous n’en sommes pas capable ?!


 Vous êtes le seul décideur de vos actions, nul autre.

Si le 7 juillet je réussis mon examen, tant mieux, cela signifiera que j’ai travaillé suffisamment pour acquérir ce diplôme, sans pour autant dire que je suis le meilleur et que mon apprentissage est achevé.

Si j’échoue, est-ce la fin du monde ? Tout dépend comment j’envisage les choses, j’ai seulement deux options qui s’offriront à moi :

1) Je décide de faire mieux, de faire une rétrospection par rapport à mon échec et prendre les choses en main pour repasser l’examen et réussir

2) Me morfondre sur mon sort, me dire que c’est mérité, j’avais qu’à mieux bossé et en rester là

 


La seconde raison pour laquelle ce diplôme me tient à cœur ? Je sais ce que je veux devenir (mon Pourquoi), tout ce que je fais s’inscrit dans une continuité (mon départ en Angleterre, le NSCA, mon futur départ à Toronto le 11 septembre…). Le NSCA fait parti d’un ensemble, il me rendra meilleur que je suis aujourd’hui.

Soyez sûr que j’adore ce que je fais !

Si vous deviez faire un « bilan » de votre vie actuelle, diriez-vous que vous êtes heureux (peu importe le contexte : familial, professionnel, social…) ?

Si oui, alors vous ne vous plaignez pas. En effet, vous êtes épanouis dans ce que vous faîtes.

Si non, alors d’où viendrait ce « malaise » ? Avez-vous fait les bons choix vous concernant ?

Par exemple, vous avez accepté un job qui correspond exactement à ce que vous recherchiez mais vous vous êtes considérablement éloigné de votre famille (par la distance, par le temps demandé par votre travail…).

Il est compliqué d’être heureux dans tous les domaines, alors à nous d’équilibrer cette balance.

 

Quand vous entreprenez quelques chose, vous donnez-vous les moyens de l’obtenir ?

Vous souhaitez perdre du poids, être plus présent pour votre famille, plus performant au travail…qu’est-ce qui vous en empêche aujourd’hui?

Je suis convaincu que vous avez des objectifs et ambitions.

Quels sont-ils ? Quelles sont les étapes à mettre en place pour y arriver ?

Je vais prendre comme cas la perte de poids.

Par exemple mon objectif est de perdre 6kgs (de graisse) en 2 mois.

Comme tout à l’heure, il n’existe que 2 options à la fin : j’ai réussi ou non.

Notre capacité à faire face à l’échec est dans le simple fait de se cacher derrière nos excuses.

Cela pourrait être « oui mais je n’avais pas le temps », « oui mais j’avais d’autres choses à faire ».

 

Quelle est votre excuse ?
Quelle est votre excuse ?

 

Alors, quelle est votre excuse ?

 
 

On obtient ce que l’on veut en se donnant les moyens, il faut simplement connaître son « Pourquoi »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *